Breguet au Fine Arts Museums of San Francisco

Présentation

Depuis sa fondation en 1775, Breguet crée de véritables bijoux d'ingénierie mécanique ; des garde-temps d'une rare beauté célébrés dans toutes les cours d'Europe et par les plus grandes figures de ce monde. Découvrez plus de 70 montres et pendules anciennes dans le cadre de l'exposition BREGUET: ART AND INNOVATION IN WATCHMAKING, la première et plus grande rétrospective sur l'oeuvre de Breguet jamais présentée aux Etats-Unis.

Get tickets for the Breguet exhibition at the Fine Arts Museums of San Francisco

Chefs-d'oeuvre

Breguet N°2008

“Montres de souscription”

Montres simples d'assez grand diamètre, à une seule aiguille, dotées d'un mouvement spécial d'une grande simplicité. Lancée en 1797, la montre de souscription est commercialisée sur le principe de souscription : paiement du quart du prix à la commande.

Breguet N°2008. Petite montre de souscription. Boîte d'or à fond guilloché "rayons de soleil", cadran d'or guilloché "rayons de soleil", échappement à cylindre de rubis ; diam. 38mm. Vendue le 12 novembre 1806 au prince Grassalkowics (Hongrie).  

Breguet N°611

“Montres à tact”

Montres dotées d'un système permettant la lecture de l'heure au toucher. Une flèche extérieure au boîtier reproduit la position de l'aiguille des heures de la montre. Après avoir "senti" la position de ladite flèche, l'utilisateur se repère grâce à des saillies disposées à l'aplomb des heures. Commercialisée à partir de 1799, la montre "à tact" va se prêter à une ornementation riche et variée.

Breguet N°611. Petite montre à tact. Boîte d'or émaillée bleue, flèche sertie de diamants et pièces de touche constituées de gros diamants ronds, cadran d'argent, échappement à cylindre de rubis ; diam. 39mm. Vendue le 18 février 1800 à Mme Bonaparte, plus tard impératrice Joséphine.

Breguet N°2784

“Montres simples”

Dans les archives Breguet, la mention "montre simple" désigne toute montre, même compliquée, dépourvue d'un mécanisme de sonnerie. Ainsi, même une montre à tact, à quantième ou à équation du temps peut se voir qualifiée dans les registres de "simple". Les montres simples sont bien meilleur marché que les montres à répétition tout au long du 19ème siècle. Elles sont pourtant souvent préférées par les clients fortunés.

Breguet N°2784. Petite montre simple. Boîte d'or guillochée, cadran d'argent guilloché avec phases de la lune et aiguille de réglage de l'avance-retard, barillet à arbre percé (remontage avec une clé mâle), échappement à cylindre de rubis ; diam. 33mm. Vendue le 27 septembre 1813 à l'impératrice Marie-Louise.

Breguet N°3066

“Montres à répétition”

Montres dotées d'un mécanisme de sonnerie pouvant être actionné à volonté et indiquant les heures et les fractions d'heures. Inventeur du ressort-timbre et de plusieurs mécanismes de sonnerie, Breguet est le père de toutes les montres à répétition modernes. Ses montres à répétition sont généralement à répétition des quarts ou des demi-quarts. Certaines, très prestigieuses, sont à répétition des minutes.

Breguet N°3066. Montre à répétition des demi-quarts de première classe. Boîte d'or guillochée, cadran d'argent guilloché ouvert d'un large guichet pour les phases de la lune, échappement à cylindre de rubis ; diam. 48mm. Vendue le 18 juin 1818 au duc de Frías (Espagne).

Breguet N°5

“Montres perpétuelles”

Nom utilisé par Breguet pour désigner ses montres à remontage automatique. La mise au point de la montre perpétuelle est le premier grand succès de la carrière de Breguet. Alors que plusieurs de ses contemporains ont travaillé ou travaillent sur la question sans résultats convaincants, il est le premier à trouver, avec sa montre à masse oscillante fixée latéralement, une formule permettant de réaliser une montre automatique fiable.

Breguet N°5. Montre perpétuelle à répétition des quarts à toc. Boîte d'or guillochée, cadran d'argent guilloché à chiffres romains, petites secondes à 6h, guichet pour les phases de la lune et secteur d'indication de réserve de marche, mouvement à deux barillets, échappement à ancre, balancier compensateur, masse de remontage en platine ; diam. 54mm. Vendue le 14 mars 1794 au comte Journiac-Saint-Meard (France).

Breguet N°178. Musée national suisse, Prangins

“Pendulettes de voyage”

C'est en 1796 que Breguet construit la première pendulette de voyage moderne. Equipée d'un balancier-spiral, vitrée sur quatre faces et de petites dimensions, cette pendulette porte le N°178 et sera achetée par Napoléon Bonaparte en avril 1798. Très innovante, elle a déjà, par sa technique et ses formes, l'aspect général de la quasi-totalité des pendulettes de voyage produites en France tout au long du 19ème siècle et au début du 20ème siècle.

Breguet N°178. Pendulette de voyage à répétition des quarts. Avec almanach, boîte de bronze doré à colonnes doriques, vitrée sur quatre faces, cadran d'argent avec grand guichet pour les phases de la lune, trois guichet pour la date, le mois et le jour de la semaine, mouvement huit jours en métal doré, échappement à ancre ligne droite, répétition sur deux timbres ; 111 x 79 x 57mm. Musée national suisse, Prangins. Vendue le 24 avril 1798 au général Bonaparte.

Breguet N°5107

“Chronomètres de marine”

On regroupe sous cette appellation toutes les montres de précision conçues spécialement pour les besoins de la marine. Les chronomètres de marine se présentent sous la forme d'un mouvement d'assez grand volume renfermé dans un boîtier cylindrique en laiton. Ce dernier est lui-même relié à un fort coffret de bois au moyen d'une suspension à cardan en laiton qui joue le rôle de stabilisateur et d'amortisseur de choc.

Breguet N°5107. Chronomètre de marine. A deux barillets, caisse d'acajou à charnières et poignées en laiton, boîte à suspension à cardan, cadran d'argent, secteur pour les heures et les minutes et secteur pour les secondes, indicateur de réserve de marche, échappement à détente-ressort de type Earnshaw ; 159 × 210 × 181mm. Vendu le 9 janvier 1841 au ministère de la Marine.

Breguet N°1328

“Garde-temps”

Terme utilisé par Breguet pour désigner spécialement ses montres de haute précision. Véritable label de qualité, l'expression "garde-temps" pouvait s'appliquer à des pièces de laboratoire aussi bien qu'à des pièces dites "civiles" réalisées "sur les principes des garde-temps".

Breguet N°1328. Garde-temps expérimental. Boîte d'argent, cadran d'émail, petites secondes à 12h, échappement à détente ; diam. 64mm. Fabriqué entre 1804 et 1817 ; montre personnelle d'Antoine-Louis Breguet (1776-1858).

Breguet N°4009

“Chronographes”

Breguet réalise plusieurs montres de prestige dotées d'une aiguille des secondes se déclenchant et s'arrêtant à la demande. Son chronographe à rattrapante de 1820 va plus loin encore. Avec cet instrument, qui permet de mesurer des temps intermédiaires ou la durée de deux événements simultanés, Breguet est indéniablement à l'origine de la chronographie moderne. En 1822, d'autre part, sont vendus les premiers compteurs-encreurs ou "compteurs Fatton". L'appareil possède une aiguille des secondes reliée à un petit réservoir qui dépose à volonté une minuscule goutte d'encre sur le cadran, inscrivant, au sens littéral et étymologique du terme "chronographe", la durée d'un temps.

Breguet N°4009. Montre d'observation. Boîte d'or, corps en argent, cadran d'argent guilloché, échappement à ancre ; diam. 57mm. Vendue le 6 janvier 1825 à M. Whaley (Angleterre).

Breguet N°180

“Montres à remontoir sans clé”

Le 30 décembre 1830, la montre Breguet N°4952 est vendue au comte Charles de L'Espine. Elle est équipée d'un bouton "molleté" dans le pendant qui remplit deux fonctions : remise à l'heure des aiguilles et remontage de la montre. Le remontoir moderne est né.

Breguet N°180. Petite montre-bague en or. Dotée de la fonction réveil, remontage et mise à l'heure par une couronne (à droite), réglage de la fonction réveil par une couronne plus petite (à gauche) ; la fonction réveil actionne une petite aiguille qui s'enfonce dans le doigt ; cadran d'or à tour d'heures excentré, chiffres romains et petites secondes à 12h, échappement à cylindre de rubis ; diam. 25mm. Vendue le 18 octobre 1836 au comte Paul Demidoff (Russie).

Breguet N°2667

“Montres à Grandes Complications”

Est considérée comme complication toute fonction autre que l'indication des heures, des minutes et des secondes. Reconnu comme le maître incontesté de l'horlogerie à complications, A.-L. Breguet aime doter ses montres et pendules de tout ou partie des fonctions suivantes : phases et âge de la lune, quantième simple ou pepétuel, répétition, réserve de marche, équation du temps, température, chronographe.

Breguet N°2667. Montre plate dite à résonance. Dotée de deux mouvements posédant chacun un barillet et un échappement à ancre, sur le principe des chronomètres, boîte d'or guillochée, cadran d'argent à deux tours d'heures : à chiffres arabes à gauche avec petites secondes à 12h, à chiffres romains à droite, grandes secondes centrales ; diam. 64mm. Vendue en août 1814 à M. Garcias de Londres.

Breguet N°2090

“Montres turques”

On désigne sous ce nom les pièces produites spécialement par Breguet et ses successeurs pour le marché turc. Les montres turques possèdent un cadran émaillé et des chiffres en caractères turcs facilement reconnaissables. Très caractéristiques, les boîtes entièrement émaillées et richement ornées représentent des motifs floraux ou des paysages.

Breguet N°2090. Montre à répétition des quarts. Grande et petite sonnerie, boîte et double boîte gravées et émaillées à décor bleu et rouge, cadran d'émail à chiffres turcs dorés, échappement à cylindre de rubis ; diam. 64mm. Vendue le 16 septembre 1808 à Son Excellence Esseyd Ali Effendi (Turquie).

Breguet N°449

“Pendules exceptionnelles”

Bien que Breguet soit avant tout un fabricant de montres, il n'en demeure pas moins qu'il marque aussi son époque avec ses pendules, notamment sa pendule de voyage promise à un bel avenir. Ses très rares pendules ornementales peuvent être qualifiées d'exceptionnelles dans tous les sens du terme. Encore plus séduisantes peut-être sont les pendules dites "Sympathiques". Imaginée par Breguet en 1795, la pendule sympathique est un système composé d'une pendule et d'une montre. La pendule est destinée à recevoir la montre qui, placée dans un berceau, se trouve automatiquement remise à l'heure et réglée.

Breguet N°449. Pendule pyramidale. Bronzes de Pierre-Philippe Thomire et Nicolas Delafontaine, agrémentés en applique de motifs décoratifs de bronze doré, cadran d'émail, mouvement huit jours à double barillet, échappement à force constante associé à un pendule compensé battant la demi-seconde, sonnerie au passage des heures et des quarts ; 575 × 346 × 124mm. Commencée en 1805, vendue le 10 mars 1827 à M. Follope (France).

Breguet N°1176

“Tourbillons”

Indissociable du nom de son inventeur, A.-L. Breguet, le régulateur à tourbillon est un système destiné à compenser les erreurs de fluctuations de fonctionnement dues aux inévitables changements de position des montres. Breguet a pris un brevet d'invention de dix ans pour ce mécanisme, le 26 juin 1801. Cette invention lui a valu une notoriété considérable et à vu suivre une longue liste d'innovations.

Breguet N°1176. Montre garde-temps à tourbillon. Boîte d'or gravée, cadran d'or à chiffres romains pour les heures, trois cadrans auxiliaires pour les secondes courantes (à gauche), pour les secondes à volonté (à droite) et pour la réserve de marche (en bas), mouvement en métal doré et demi-platine, 24 lignes à fusée inversée, échappement naturel monté dans une cage à deux bras effectuant une révolution en quatre minutes ; diam. 64mm. Vendue le 12 février 1809 au comte Stanislas Potocki (Pologne).

Breguet N°4418

“Pièces Art-Déco”

Les années de l'entre-deux-guerres sont marquées par une grande diversité dans la production de Breguet. La Maison, qui participe à l'essor de la montre-bracelet, se permet de surprenantes créations, incluant des montres à boîtiers carrés et chiffres cubistes, parfois serties de pierres précieuses, des montres sans aiguille à heures sautantes et cadran tournant, des montres de forme tonneau, ou encore des pendulettes Arts déco parfois avec émaux géométriques.

Breguet N°4418. Pendulette à répétition des minutes. Boîte en bronze émaillé et cadran à chiffres dits cubistes, mouvement huit jours, échappement à ancre ; hauteur 83mm. Fabriquée en 1921 et vendue le 23 octobre 1942 à M. Jahard (France).

Accès

Comment y accéder à pied?

Muni bus, ligne 18-46ème Avenue : s'arrête directement devant le musée.

Muni bus, ligne 38-Geary : s'arrête à l'angle de la 33ème Avenue et de Geary Street. Connexion avec la ligne 18, ou, à pied, deux intersections direction nord et une intersection direction ouest jusqu'à l'angle de la 34ème Avenue et de Clement Street, puis suivre Legion of Honor Drive. 

Muni bus, ligne 1-California : s'arrête à l'angle de la 33ème Avenue et de Clement Street. Connexion avec la ligne 18, ou, à pied, une intersection direction ouest jusqu'à la 34ème Avenue, puis suivre Legion of Honor Drive.

Comment y accéder en voiture?

Des parkings libres d'accès sont disponibles en différents emplacements aux abords du musée.

Cliquez sur chaque bouton afin d’activer ou désactiver l’utilisation des cookies. Le bouton de couleur indique si les cookies sont actifs (bleu), ou inactifs (gris).
Les cookies garantissent une expérience de navigation optimale. En continuant la navigation sur ce site Internet vous acceptez leurs utilisations. Vous pouvez modifier les réglages afin d’activer ou désactiver chaque catégorie de cookies. Pour plus d’information, vous pouvez consulter nos conditions relatives à la protection des données.