This where the flash should stand...

Deux siècles de chronographes Breguet

19/11/2009

Exposition du 19 novembre au 24 janvier 2010, Cité du Temps, Genève
Par cette exposition, Breguet souhaite rendre hommage à deux siècles de chronographes Breguet, et à deux siècles d’inventions et de développements technologiques ininterrompus.
Parmi ces nombreuses innovations, Breguet construit aujourd’hui, par exemple le mouvement de chronographe à roue à colonnes avec remontage automatique, le plus petit au monde mais aussi une première mondiale : le Chronographe Marine Tourbillon, premier mouvement à tourbillon équipé d’un échappement en silicium (roue d’échappement, ancre et spiral).
Dans l’exposition « deux siècles de chronographes Breguet », on peut également admirer des chronographes avec la fonction « retour en vol » dans la ligne Type XX et dans sa déclinaison plus moderne, le Type XXI, avec un élégant cadran noir rhodié et une boîte aux proportions généreuses. Breguet développa ces chronographes dès les années 50 pour l’armée de l’air française, puis pour l’aéronavale. Fiables et robustes, ces chronographes qui possèdent une fonction « retour en vol » typique des montres d’aviateurs, supportaient les accélérations des avions à réaction qui exerçaient sur les oscillations du balancier de très fortes contraintes gravitationnelles.
L’envie de pouvoir mesurer le temps parcouru entre deux événements s’est fait sentir très tôt dans le développement de l’horlogerie moderne. Les premiers « chronographes » au sens étymologique du terme, apparaissent dès 1822, mais Breguet, pionnier des technologies horlogères modernes, avait déjà développé dans son atelier des garde-temps (terme utilisé par Breguet pour désigner des montres de précision) à secondes indépendantes que l’on pouvait arrêter et redémarrer à la demande. Seront ensuite développés les chronomètres à doubles secondes d’observation (1820) ancêtres du chronographe à rattrapante, qui sont indéniablement à l’origine de la chronographie moderne.
C’est également dans les ateliers Breguet que sera développé en 1822 le chronographe dit compteur Fatton. Ces montres possèdent une aiguille de secondes reliée à un petit réservoir qui dépose à volonté une minuscule goutte d’encre sur le cadran en email blanc, inscrivant au sens littéral et étymologique du terme « chronographe », la durée d’un temps.